1 septembre 2015

Le kabig, histoire d'un vêtement identitaire breton



Nous nous sommes quittés fin juin avec le choix de passer les vacances en marinière à Saint-Malo ou en bikini sexy à Saint-Tropez... Pour moi ce fut Saint-Malo. Et qui dit marinière... Le 8 juillet, Jean-Paul Gaultier présentait sa collection Haute Couture Automne-Hiver 2015-2016, entièrement dédiée à la Bretagne, terre natale de sa fameuse marinière fétiche. Explorant et revisitant les traditions culturelles et l'imaginaire bretons, il nous a offert un festival de broderies bigoudènes sur des contrastes de draps secs, de velours brillants et de soies transparentes, de jeux de dentelles et de rayures marin, de coiffes moulées dans une dentelle de faux cheveux... Qui d'autre que lui pousserait le délire jusqu'à créer des jupes et des robes crêpes ? Du Gaultier pur beurre !

▲Modèles de la collection Haute Couture Automne-Hiver 2015-2016, Jean-Paul Gaultier
sur Le Figaro Madame, L'Express Styles, Elle

Caban, vareuse, gilet, imperméable, tous les basiques du vestiaire marin sont représentés dans cette collection. Mais, cher Jean Paul, vous avez oublié le kabig ! Vêtement identitaire porté « comme un drapeau » par certains Bretons, devenu le manteau quotidien de tous les écoliers bretons des années 1960, il est vrai qu'il n'a plus guère droit aux honneurs aujourd'hui. L'occasion pour Les Petites Mains, en cette rentrée de septembre, de raviver sa mémoire et vous raconter son histoire.

▲Kabig enfant en laine bouillie, gris chiné, boutons en bois, taille 8/9 ans, années 1970
en vente sur etsy.com

Au XVIIIe siècle, avant le kabig, le kab-an-aod

Étymologiquement, le kabig [prononcer : kabik], comme son grand frère le caban, vient de l'arabe Qabâ [tunique] qui a donné le mot sicilien cabbanu [vareuse]. Le kab-an-aod, littéralement « manteau de grève », est porté dès la première moitié du XIXe siècle par les ramasseurs de goémon dans le pays de Pagan, dans le Nord Finistère, plus particulièrement autour de Kerlouan et Brignogan. Le terme de kabig n'apparaît qu'après la Seconde Guerre mondiale.

Selon le PDG d'Armor-Lux Jean-Guy Le Floc'h, qui se passionne pour le kabig, celui-ci est sans doute né du sac'h rouz, le simple sac de pommes de terre en jute qu'on repliait pour se protéger la tête et le dos des pluies infiltrantes. Le kabig semble n'être au départ qu'un « paletot à capuche », comme celui que porte l'un des accusés, pilleur d'épave, Jean Hily, lors du procès après le naufrage du Neptune le 26 janvier 1792, ou la « casaque de toile à capuchon » décrite par l'écrivain breton et français Jacques Cambry, dans son Voyage dans le Finistère, publié en 1799 (on peut le lire, Tome II sur Gallica). Sa coupe et ses lignes, près du corps, rappellent celles des vestes masculines de l'époque.

▲à g. : Marchands bretons de Plougastel, Michel Auguste Le Tendre, 1827, sur Archives du Finistère
à dr. : Marin de Plougastel, maquette de costume pour l'opéra Le Fanal, 1849, sur Gallica, BnF, Paris
Ces hommes portent une veste de laine écrue à capuche.

▲Costume de grève du Pays pagan, François-Hippolyte Lalaisse, 1843
François-Hippolyte Lalaisse, professeur de dessin à l’École polytechnique,
spécialiste des représentations d’uniformes, parcourt la Bretagne
en 1843 et 1844 pour y faire un relevé des costumes traditionnels.
Ses dessins sont publiés dans la Galerie armoricaine en 1845-1846,
Nantes et la Loire-Inférieure en 1850-1851
et La Bretagne contemporaine en 1864.
Ces recueils de costumes ne peuvent être utilisés comme illustrations véridiques
du vêtement populaire porté réellement au début du XIXe siècle ;
mais ils sont source d’inspiration pour de multiples représentations de la Bretagne ;
ce costume a servi pour l'opéra Le Fanal, de Henri de Saint-Georges,
donné au Théâtre de l'Opéra en décembre 1849
MuCEM (Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée), Marseille
et Gallica, BnF, Paris
en bas à g. : Kabig de laine blanche à trois boutons et liséré rouge et bleu, 1885
Le Port-Musée, Douarnenez▼

Une coupe de goémon à Sainte-Anne, François-Hippolyte Lalaisse, 1864
On peut voir le « manteau de grève » porté par un goémonnier, à droite de l'image.
Musée de Bretagne, Rennes

En 1844, François-Hippolyte Lalaisse, à qui on doit une quantité considérable de dessins et de gravures sur le costume régional breton, publie plusieurs dessins montrant le kab-an-aod. qui peuvent être considérés comme les représentations les plus anciennes du kabig. Il s'agit alors d'un vêtement de travail taillé dans un solide tissu de laine de mouton non dégraissée et foulée (on brasse l'étoffe mouillée, sous l'action de la chaleur et en milieu savonneux, pour provoquer un retrait) pour améliorer son imperméabilité et sa résistance au vent. Des empiècements en double épaisseur de tissu et parfois un petit demi-cercle en ailerette aux épaules renforcent la résistance à l'humidité et à l'usure des outils. Une poche ventrale permet de s'y réchauffer les mains. Les détails crantés des découpes et des poches évitent que le tissu ne s'effiloche. Rien ne se perd chez ces travailleurs pauvres : les lisières bleu et rouge du tissu sont récupérées pour border la capuche et le devant du kabig – les lisières constituent une sorte de garantie et permettent d'identifier l'étoffe. Le bouton est alors plat et rond.

Les pilleurs de mer à Guisseny, Yan'Dargent, 1861 sur Flickr
Des scènes de pillages d'épaves ont été relevées sur toutes les côtes bretonnes ;
mais le mythe des naufrageurs sanguinaires allumant des feux pour attirer les bateaux,
amplifié par le XIXe siècle, est sans fondement, selon les historiens d'aujourd'hui.
Jules Michelet écrit en 1832 dans son Tableau de la France :
« Souvent, dit-on, une vache promenant à ses cornes un fanal mouvant,
a mené les vaisseaux sur les écueils. Dieu sait alors quelles scènes de nuit !
On en a vu qui, pour arracher une bague au doigt d'une femme qui se noyait,
lui coupaient le doigts avec les dents. »
Scène de naufrage au pays de Kerlouan, François-Hippolyte Lalaisse, 1864
Musée départemental breton, Quimper▼

Les pilleurs de mer bretons dans l'attente d'un naufrage, Pierre Émile Berthélémy, 1851
Musée de Morlaix, Morlaix, sur Flickr

Une Bretagne « romantique et exotique » inspire la mode et les arts du XIXe siècle

Au XVIIIe siècle, la Bretagne ne se détache pas outre mesure des autres provinces françaises – les représentations provinciales naissent surtout à partir de la Révolution : pour casser l'ordre de l'Ancien Régime, chaque région est désormais identifiée à un paysage, à des monuments, à des coutumes, la France divisée en départements. L'image d'une Bretagne rurale traditionnelle, peuplée de paysans grossiers, incultes et superstitieux, sous influence du clergé et des petits seigneurs locaux, émerge des rapports obligatoires décadaires ou mensuels rédigés par les commissaires de la République, élite administrative représentant le pouvoir central, au regard souvent méfiant, prisonniers de leurs représentations, qui ressentent plus qu'ils ne comprennent les structures sociales solides et contraignantes de cette province.

Dans les années 1830-1840, la Bretagne est toujours perçue comme une région archaïque, catholique et conservatrice, elle n'est plus définie que par ses visiteurs. Une vague romantique submerge l'Europe, qui puise dans les racines celtiques et moyen-âgeuses que l'on croyait à jamais proscrites par l'humanisme de la Renaissance puis la mesure et le bon goût classiques, adeptes d'un retour aux sources gréco-latines. Les poèmes gaéliques d'Ossian, les romans écossais de Walter Scott ont un énorme retentissement dans tous les pays européens. La Bretagne devient un substitut d'Écosse, les artistes romantiques français fantasment sur ses origines celtiques supposées intactes et authentiques, la superstition et la rusticité « primitives » de ses habitants aux costumes pittoresques. Elle devient la destination à la mode dans les cercles aristocratiques et parisiens.

Par leurs récits de voyage, Victor Hugo, George Sand, Honoré de Balzac, Prosper Mérimée, Gustave Flaubert, Stendhal diffusent l'image durable d'un pays magnifique mais en retard sur son époque. C'est dans ce contexte que textes littéraires, gravures et tableaux répandent le cliché de Bretons « pilleurs de mer » aux mœurs cruelles et arriérées, aussi « sauvages » que les promontoires rocheux du paysage qu'ils habitent.

Des colonies d'artistes s'installent en Bretagne, comme à Douarnenez ou à Pont-Aven. À Paris, la Bretagne est à l'honneur sur les scènes de l'Opéra et de l'Opéra-Comique avec des pièces à succès : Le Fanal (en 1849, dont l'action se déroule à Pornic), Le Pardon de Ploërmel (en 1859), La Korrigane (en 1880, avec Rosiata Mauri et son célèbre « pas de la sabotière » »), Kermaria (en 1897)... Parmi les modèles de costumes pour les bals, très prisés par la société du XIXe siècle, le costume breton figure en bonne place parmi les modèles dit « exotiques » [Lire sur Les Petites Mains : Déguisements et costumes de fantaisie, d'où viennent-ils ? (3) – le XIXe siècle. Engager une domestique bretonne est du dernier chic, la nourrice en « costume breton » est une figure habituelle des magazines de mode. L'ouverture de la ligne ferroviaire jusqu'à Quimper en 1863 favorise les échanges, la vogue des bains de mer, l'exode des Bretons émigrant vers Paris pour y chercher du travail ; tout cela alimente la curiosité envers la Bretagne et les Bretons. La Bretagne est à la mode, elle le restera jusqu'à la fin du siècle et au-delà – Bécassine apparaît en 1905.

▲Paletot breton, La Mode illustrée, 1866 sur Google Books

▲Paletot breton à g. : The Godey's Lady's Book, 1867
La même image a paru comme modèle des Grands Magasins du Louvre
dans un numéro de La Mode illustrée en 1867
à dr. : The Peterson Magazine, septembre 1867
– sur New York Public Library

▲Kabig en laine blanche du Pays pagan, 1885
Sur les kabigs les plus anciens, la date de fabrication est parfois brodée sur la poche.
Françoise Parra sur Pinterest

Le « paletot breton » des années 1866-1869

Le chemin de fer favorise aussi les échanges commerciaux. Les premiers grands magasins parisiens ouvrent dans les années 1850, ils instituent la vente par correspondance, les marchandises se diversifient, le rythme des modes s'accélère. Le poids économique de la mode va croissant, et avec lui son prestige. Les grandes expositions universelles mettent en avant le savoir-faire des artisans et des industriels venus d'Europe et de toutes les provinces de France.

C'est dans ce contexte qu'émerge peu à peu le « thème breton », qui fait son entrée dans la mode parisienne par le biais du « paletot breton ». Le paletot est une sorte de veste ou de manteau court, simple, plutôt flottant, fendu sur les côtés, non doublé, boutonné devant et à col le plus souvent rond. Le paletot est le premier vêtement « de confection » vendu tout fait – et donc non réalisé sur mesure – dans les « magasins de nouveautés » qui apparaissent au début du XIXe siècle. Il devient paletot breton quand il est orné de pattes brodées de laine, en particulier sur les épaules et les revers de poches. Certains d'entre eux ont des découpes crantées et une capuche, la ressemblance stylistique avec le kabig nous paraît aujourd'hui flagrante. Les journaux de mode et de la famille témoignent du succès rapide de la mode du paletot breton à partir de 1866, elle dure jusqu'en 1869.

▲Paletots bretons, vers 1866-1869
Musée de Bretagne, Rennes sur Wikimedia Commons

▲Vêtements bretons de la manufacture de A. Lévy, de Brest, images parues dans :
en ht : L'Illustration, Journal universel, 12 janvier 1867 sur HathiTrust's Digital Library
en bas : Le Monde illustré, 2 février 1867 sur Gallica, BnF, Paris▼

En 1867, M. Armand-Dumarest, rapporteur de la classe 92 des costumes populaires à l'Exposition universelle de Paris, distingue la présentation des costumes du Finistère, déléguée à un commerçant de Quimper, Samuel-Alexandre Jacob (le grand-père du poète Max Jacob). Celui-ci a la bonne idée de présenter aussi des vêtements pour citadins à broderies bretonnes : « il approprie les ornements et les broderies bretonnes à des gilets, à des casaques et à des vêtements complets pour les hommes ou pour les femmes, à l'usage des touristes et des gens du monde ; ce commerce a pris beaucoup d'extension et a même trouvé bien des imitateurs ; c'est la preuve de son succès » écrit M. Armand-Dumarest [Exposition universelle de 1867 à Paris - Rapports du Jury international - Tome IV - Classe 92 - Spécimens des costumes populaires des diverses contrées - page 871, consultable sur le site du CNUM (Conservatoire numérique des Arts et Métiers)].

On peut lire en 1866 dans Le Magasin des Demoiselles : « Quant aux vestes bretonnes, blanches, rouges, gros bleu avec broderies, elles ont été admises à Paris plus que je n'aurais pu le croire ; aussi en voit-on en grande quantité. J'avoue que je ne les aime guère qu'en voyage ; à la campagne, et surtout pour les eaux, elles seraient, il me semble, tout à fait à leur place ». Bretagne et mode de bord de mer sont associées, ce n'est que le début d'une tendance féconde, qui ressurgit régulièrement, au moins chaque décennie, depuis plus de deux siècles.

▲à g. : Vacanciers des années 1930 portant le kabig breton
à dr. : Yves Guégen, coordinateur de l'écomusée de Plouguerneau, présente un kabig d'enfant
(vraisemblablement des années 1930) ; on peut le voir au musée jusqu'en septembre 2015.
– sur Le Télégramme

Au XXe siècle, le kabig, vêtement identitaire de la culture bretonne

Vers la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, un mouvement régionaliste se développe dans toute la France ; il est particulièrement actif dans les années 1920-1930. Ainsi en Bretagne, en 1923, des intellectuels et des artistes créent le mouvement des Seiz Breur (Les Sept Frères), initiateur de la rénovation artistique bretonne, mise au service d'une politique d'affirmation identitaire. Le mouvement est notamment remarqué lorsqu'il réunit des artistes bretons dans la salle du Pavillon de la Bretagne, à l'exposition des Arts Décoratifs de Paris en 1925 et à l'Exposition universelle de 1937 – on reprochera à certains d'entre eux leur dérive fascisante et leur compromission avec le régime de Vichy, qui récupère et détourne le militantisme régionaliste et l'idée d'une « France paysanne éternelle » à des fins idéologiques et racistes.

L'un des fondateurs des Seiz Breur est l'artiste ethnologue René-Yves Creston. Ses recherches sur le costume breton, dans le cadre du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), à partir de 1949, sont une référence toujours actuelle pour ce type d'études, même en dehors de Bretagne. Creston est le premier à penser les costumes bretons comme objets d'histoire, il contribue à leur connaissance, à leur conservation et à leur renouveau. Il participe à la réflexion sur l'organisation de la création textile bretonne moderne. On lui attribue parfois, avec le tailleur quimpérois Marc Le Berre, le « nouveau » kabig qui apparaît en 1937. On cite aussi Pierre Labous, tailleur de vêtement à Kerlouan à la fin du XIXe siècle. René-Yves Creston et Marc Le Berre veulent faire du kabig « un vêtement national breton » au service d'une nouvelle affirmation identitaire bretonne. Le mot kabig est un néologisme, du breton kab [en français : cape], et le diminutif ig ; il n'apparaît qu'après la guerre.

Les premiers à s'y intéresser sont les bourgeois bretons qui arrivent en villégiature dans les petites stations balnéaires du Pays pagan par train, de Landerneau, de Lesneven, de Brest. Cette bourgeoisie locale éprouve un vif engouement pour le kabig qu'elle porte avec fierté. Par imitation, les vacanciers venus d'ailleurs se l'approprient aussi ; cela n'est pas toujours bien perçu par les populations locales qui les affublent du sobriquet de lakizien [en français : laquais].

Dieu a besoin des hommes, film de Jean Delannoy, 1950
avec Pierre Fresnay dans le rôle de Thomas Gourvennec sur allociné

En 1950, sort le film de Jean Delannoy, Dieu a besoin des hommes, d'après le roman d'Henri Queffélec, Un Recteur de l'île de Sein : sur l'île de Sein, en 1850, pêcheurs et goémoniers, poussés par la misère et la faim, se font pilleurs d'épaves – le cliché a la vie rude ! Le curé de l'île, effrayé par cette coutume, retourne sur le continent. Thomas Gourvennec, pêcheur et sacristain, prend sa place... Sur suggestion de Herry Caouissin, « conseiller ethnologique » du film, sans doute acquis à la cause bretonne, les acteurs principaux, comme Pierre Fresnay dans le rôle du pêcheur Thomas Gourvennec, et les figurants goémoniers portent le kabig pendant le tournage à Plouguerneau – bien qu'aucun pêcheur ni goémonier de l'île de Sein n'ait jamais porté ce vêtement, pagan et non sénan. Mais il contribue à son succès. Le kabig débute une nouvelle carrière, alors même que celui dont il est inspiré n'est plus porté par les gens de mer.

La maison Le Minor de Pont-l'Abbé commence à fabriquer des kabigs en 1957, elle fournit les bagadoù (ensembles de musique traditionnelle bretonne). Le kabig alors commercialisé ne ressemble plus guère à son référent original. C'est un manteau trois-quarts de laine tissée serrée avec une capuche, une double poche crantée sur le devant et des ailerettes à la couture d'épaule pour éviter le ruissellement de l'eau. Ses boutons en losange, appelés cabillots, sont taillés dans du bois de buis ; parfois celui du haut est creusé et forme un sifflet. Le crantage des coutures est censé éviter l'usure.

▲Fillette masquée et garçonnet en kabig, Charles Barmay, Rennes, mars 1962
Tous les écoliers bretons des années 60 ont porté le kabig.
Musées de Bretagne sur Base Joconde

▲Le Bagad Ergué-Armel a porté jusqu'en 1995 le kabig traditionnel brodé, réalisé par la maison Le Minor.
Agence Bretagne Presse

▲à g. : Goulc'han Kervella porte le kabig traditionnel
photographie Xavier Dubois (détail), ArMen n° 205, mars-avril 2015
à dr. : Le kabig, par Armor-Lux, 2013, sur Comptoir de la Mer

Dans les années 1960-1970, période du renouveau celtique – les cercles celtiques sont nés juste après la guerre – le kabig devient un vêtement identitaire porté, pour des raisons sans doute très divergentes, par les vacanciers, les militants de la langue et de la culture bretonne, les musiciens des bagadoù. Dans l'une de ses études sur le costume breton, publiées par le CNRS entre 1953 et 1961, Creston affirme que le kabig est devenu le « costume national » de la jeunesse bretonne, invitée à entrer en résistance contre la mode citadine dominante. Aujourd'hui encore, l'écrivain dramaturge breton Goulc'han Kervella – né dans une famille de goémonniers de Plouguerneau, président du Musée des goémoniers de la ville – qui porte le kabig, affirme qu'il est « un drapeau porté sur le dos ». Du « manteau de grève », en passant par le « paletot breton », le kabig est l'un des rares vêtements populaires régionaux qui a su trouver sa place dans la mode contemporaine, même s'il est aujourd'hui un peu oublié – y compris par un créateur passionné d'histoire du costume comme Jean-Paul Gaultier – au profit de ses grands frères, le caban et le duffle-coat.

▲La petite fille, à droite sur l'image au centre, c'est moi dans mon kabig !
images de détails de kabig trouvées sur Bretagne Boutique

▲Après lecture de l'article sur Les Petites Mains, Béatrice, du blog lilicroche
m'a envoyé des photographies d'elle à quatre ans,
en 1972, dans son petit kabig rouge. Très mignonne !



10 commentaires:

  1. Ohh là là merci pour ce long article ... qui me parle vraiment (surtout par rapport au dernier article de mon blog ... Bretonneries!). Je vais m'en réserver la lecture complète pour plus tard, à un moment de détente propice, comme un bonbon que l'on met de côté ... tellement on sait que le moment sera bon! A plus tard...

    RépondreSupprimer
  2. Un bonbon! Très intéressant tout cela! J'ai découvert les paletots bretons féminins qui pourraient très bien être remis au goût du jour.
    Je savais que j'avais eu un kabig... et je viens d'en retrouver les photos... j'avais deux ans, il était rouge. Vais voir si je peux scanner la photo!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Lillicroche,
    C'est vraiment super gentil de comparer un article des Petites Mains à une friandise qu'on se met de côté pour un moment de douceur !
    J'ai lu vos « bretonneries ». Je connais le coin. Pour ma part, ce n'est pas le crochet à la mode bigoudène que je pratiquerais, plutôt les broderies. J'espère que la collection de Jean-Paul Gaultier va les mettre à la mode, même si on sait d'avance qu'elles sont trop chères pour un vêtement au quotidien, on peut craindre des modèles au rabais.
    On trouve dans La Mode illustrée des motifs de « broderie bretonne » à réaliser sur les fameux paletots. C'était un temps où toutes les femmes et jeunes filles « bien éduquées » étaient expertes de l'aiguille...
    Je suis preneuse de votre photo en kabig rouge. J'ai bien fouillé dans mes archives et sur Internet pour trouver une jolie photo d'enfant en kabig pour l'article – en vain.
    Merci pour votre commentaire si sympathique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Popeline... je viens juste de trouver votre réponse... il faut que je retourne dans l'album ohoto chez Maman... et je vous la transmettrai la photo (pas avant la semaine prochaine)... au plaisir de lire mon nouveau bonbon qui m'attend déjà :-)!

      Supprimer
  4. Bonjour, en allant feuilleter Geneaveille, je suis tombée sur votre article et le kabig. Je n'ai pas tout lu pour l'instant, (je réserve cette lecture pour un moment tranquille dans la soirée). Mon mari et moi avions lorsque l'on s'est connu (il y a 35 ans) acheter des kabigs que nous avons porté très longtemps. On ne peut plus les mettre aujourd'hui car trop petits. C'est bien dommage ! Nous sommes également très concernés par la Bretagne (Nantais), mon mari a un groupe de musique, et nous adorons aller nous promener dans cette chère Bretagne. Passionnés également d'histoire (Moyen Age et 18ème) j'ai également fait des articles sur les costumes au 18ème siècle (voir mon blog mesgenealogies.blogspot.fr). Notre fille est couturière et habilleuse et avait fait son projet de diplôme sur la robe à la française.
    Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le blog Les Petites Mains est en effet connu des sites de généalogies qui ont relayé une série d'articles sur la vêture des Enfants trouvés. Les généalogistes y ont trouvé des explications aux termes inconnus qu'ils rencontraient dans les descriptifs des documents d'archives ; il semble que la présence d'un enfant trouvé ne soit pas rare dans les familles.
      Vous trouverez aussi sur Les Petites Mains quelques articles autour des enfants et de la Première Guerre mondiale, qui rejoignent les préoccupations que vous décrivez sur mesgenealogies.blogspot.fr.
      Quant à la mode du XVIIIe siècle, le siècle de l'apogée de la mode à la française, elle est bien sûr très présente aussi sur le blog.
      Tous ces articles sont accessibles via des mots clés par le facilitateur de recherche à votre disposition dans la colonne de droite.
      Il semble que nous ayons en commun plusieurs centres d'intérêts, il n'est donc pas étonnant que vous arriviez sur Les Petites Mains. Je vous souhaite la bienvenue, une bonne lecture, et je vous remercie pour votre commentaire.

      Supprimer
  5. Fabienne (fabienne.loisirs@gmail.com)22 septembre 2015 à 11:05

    je viens de découvrir votre blog. Le peu que j'ai lu, est très intéressant !! Moi aussi, j'ai eu droit à mon kabig dans les années 70, direct de Quimper (de mémoire), parents bretons d'Ille et Vilaine.
    Beaucoup de choses à lire !
    j'adore vos vignettes sur le côté qui annonce les expositions. Merci beaucoup de tout ce temps pour nous informer ! vais vous suivre grâce à facebk, en attendant de trouver le lien de newsletter (ce que je préfère). Bonne journée à vous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Fabienne,
      Merci pour ce sympathique message.
      Grâce à cet article et au courrier que je reçois, je m'aperçois que le kabig n'est pas oublié !

      Supprimer
  6. Bravo Viviane,
    Belle synthèse sur ce vêtement typique que j'ai personnellement porté au début des années 50 à Brest. Le kabig + un béret du même bleu (marine, évidemment !) + des bottes "en caoutchouc" permettaient de braver crachin, vraie pluie et même coup de tabac. Même si je l'avais gardé, je serais, comme une précédente commentatrice, un peu trop grand pour le mettre.
    Merci pour avoir réuni toute cette belle documentation et pour votre texte riche et fluide.
    Dominique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Dominique, d'exprimer ainsi votre fidélité aux Petites Mains !

      Supprimer